Mouton Village

Le plaisir de recevoir, de père en fils

À l’origine d’un des plus beaux endroits pour se marier de toute la vallée du Richelieu se trouve une histoire de fail de golf. Heureusement pour tous les amateurs de plein air, d’aliments locaux, de méchoui – et bientôt, de permaculture – qu’accueille chaleureusement la famille Fontaine chez elle, à Mouton Village, depuis 1972.

Mouton Village

«En 1968, mon grand-père, un p’tit gars de la grande ville, est débarqué ici», raconte Marc-Antoine Fontaine, copropriétaire et chef cuisinier, en pointant l’immense étendue autour du bâtiment principal (pas moins de 60 arpents de champs, de prés et de forêts, avec vue sur le mont Saint-Hilaire, plus précisément!). «Il a acheté une terre avec une étable, qui se trouvait exactement où t’es maintenant, mais le zonage ne lui a jamais permis de construire le golf de ses rêves.»

Nous sommes à l’arrière de la salle du Lys qui, avec sa petite sœur la salle Richelieu (fraîchement rénovée), est témoin chaque année d’innombrables célébrations – tout comme les jolies terrasses et vastes jardins qui les entourent. L’histoire est donc loin d’être triste, même pour les golfeurs: quelques années après l’acquisition des terres familiales, le père de Marc-Antoine, Richard Fontaine, a eu l’idée d’en faire un restaurant de campagne.

«Mon père a décidé de prendre les chaudrons. Il était plutôt du genre à se coucher à l’heure où les golfeurs se lèvent, donc ça n’aurait pas tellement fitté de toute façon!» s’amuse Marc-Antoine, pendant que Richard, justement, nous prépare un délicieux lunch dans la cuisine du bâtiment.

S’il est toujours propriétaire du Mouton Village et investi dans toutes les décisions qui le concernent, Richard cède progressivement depuis quelques années sa place à ses fils Marc-Antoine, 38 ans, et Samuel, 30 ans. Il faut dire qu’ils connaissent le domaine de Saint-Charles par cœur, pour y avoir passé la majeure partie de leur jeunesse. Tandis que Marc-Antoine se souvient d’avoir fait du big wheel dans le restaurant et dégusté bien des restants de gâteau, Samuel garde un vif souvenir du festival de cerfs-volants qui était organisé sur place quand il était petit.

«Même si on n’habitait pas sur les lieux, on peut dire qu’on a quasiment grandi ici», poursuit l’aîné, en expliquant qu’au-dessus d’où nous mangeons se trouve un appartement qui était bien utile autrefois. «Mon père a tellement travaillé fort, ça n’avait pas de bon sens. Il courait partout parce qu’il faisait presque tout tout seul. Faut vraiment aimer ça, recevoir!» Et c’est manifestement une passion qui se transmet de génération en génération.

Un espace à vocations multiples

Au fil du temps, le Mouton Village (autrefois nommé La Grange de Saint-Charles) a changé maintes fois de vocation, et il continue d’accueillir toutes sortes d’événements. Au gré des rencontres, des partenariats, des envies de Richard, et maintenant de celles de ses fils. Oui, c’est avant tout un paradis rural pour amoureux avec des penchants champêtres, mais peu de gens savent que c’est aussi un (gigantesque) lieu de rassemblement, tout simplement.

De nombreux anniversaires, brunchs, banquets ou événements corporatifs y sont en effet organisés toute l’année. Au printemps, les groupes viennent aussi découvrir les activités spéciales du temps des sucres, tandis que l’été, c’est surtout le méchoui qui est à l’honneur, et ce, depuis le début des années 1990 (réservation de groupe requise). «C’est un terrain de jeu magnifique. On peut accueillir tellement de monde, être créatifs sur les plats, avoir de beaux jardins… Les possibilités pour recevoir sont sans limites.»

J’ai un peu le vertige quand Marc-Antoine et Samuel m’énumèrent toutes les vocations passées et présentes du domaine de Saint-Charles-sur-Richelieu: club-house, cuisine avec service au quai, resto affilié à un théâtre d’été, boîte à chansons, soupers meurtre et mystère, crêperie, site de carnaval de cirque, foire d’antiquités, parcours de team building… «C’est assez incroyable d’avoir la chance de transmettre de façon artistique ce qu’on est via notre entreprise, le service qu’on offre, mais aussi les lieux qu’on a la chance d’avoir. C’est beau et c’est vraiment motivant!», conclut Samuel, maître d’hôtel, qu’on salue pour ses débuts à la plonge de Mouton Village quand il était ado.

Maraîcher bio, parcours expérientiel et ateliers culinaires

Au sein des nouvelles avenues que développent actuellement les frères Fontaine, les ingrédients locaux, la cuisine saisonnière et la permaculture occupent une place de choix. Depuis 2017, deux hectares des terres du Mouton Village sont égayés par les légumes et le houblon des Jardins du Moutonblon, un projet maraîcher sans engrais chimiques ni pesticides. En plus d’alimenter la cuisine de Marc-Antoine, son initiateur Olivier Painchaud participe entre autres aux paniers bios du Réseau des fermiers de famille. Les visiteurs du Mouton Village peuvent d’ailleurs visiter ses jardins et se procurer ses légumes sur place, de juin à octobre.

«Quand on mange ce qui pousse chez nous, le rapport à la terre est vraiment concret. Pouvoir s’approvisionner directement en légumes bios, c’est une chance rare!», s’exclame le chef cuisinier, qui prend aussi plaisir à offrir de plus en plus d’options végétariennes au menu. Et pour le reste, Marc-Antoine se ravitaille également dans la région: les volailles proviennent de Saint-Antoine, l’huile de tournesol de Saint-Ours, les petits fruits de Saint-Jude, les produits de la pomme de Saint-Hilaire, etc. «Bref, il n’y aura jamais d’ananas dans notre cuisine!»

Grâce à Olivier, la famille Fontaine a aussi rencontré deux partenaires prometteurs: Kevin Perron et Marie Ashley Nelson de Biophilia, des consultants en permaculture qui entament actuellement un nouveau projet sur les terres de Mouton Village. «On développe notre “forêt nourricière”: on plante des arbustes et des arbres à noix ou à fruits sur nos terres pour créer un parcours expérientiel, avec des plateformes d’apprentissage pour organiser des ateliers culinaires», explique Marc-Antoine, manifestement emballé par cette nouvelle avenue. Surveillez les premières activités, qui devraient voir le jour cet été!