Bas-Saint-Laurent

La longue histoire d’une petite terre

Subvenir à ses besoins, manger à sa faim, avoir une vie paisible, mais aussi partager avec la communauté le fruit de son travail et les connaissances acquises en agriculture. Voilà, en peu de mots, l’idéal qui guide Isabelle Vaillancourt et Patrick Lavoie de la Ferme 40 arpents. Depuis 2018, ils se spécialisent dans le microélevage de porc berkshire, pour le plus grand plaisir de leurs amis et clients.

Semeur d’avenir

Dans la région de Kamouraska, un homme cultive patiemment son jardin. Artiste dans l’âme, poète à ses heures, fin observateur du monde, il entretient un rapport très étroit avec les légumes et les plantes qui l’entourent. Il veille sur eux comme un père sur ses enfants, et il les éduque pour que leurs graines puissent s’épanouir ailleurs. Rencontre avec le semencier Patrice Fortier et sa Société des plantes.

Le goût du bien-être animal

Important producteur de porcs au Québec, Les Viandes du Breton s’est adapté au fil du temps aux besoins des consommateurs, tout en ayant à coeur le respect de l’environnement et du bien-être animal. L’entreprise familiale sait se démarquer en misant sur la production de porcs biologiques.

Ouvrir la voie

Plus connue des marins que des grimpeurs, la ville de Rimouski abrite pourtant la seule coopérative d’escalade de tout le Canada. Né de la volonté d’une trentaine d’amoureux de l’escalade de rendre leur sport plus accessible, le centre Riki Bloc accueille les adultes aguerris comme les petits novices sur ses murs d’escalade de bloc.

La marque et le territoire

On ne fait pas pousser de café au Québec, mais on en boit. Et du bon! Aucun doute, au cours des dernières années, nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus nous contenter d’une boisson chaude ordinaire. Avec la Brûlerie de l’Est et ses nouveaux mélanges signés Brûlerie du Kamouraska, Jean-Pierre Tirman a bien l’intention de mettre de la saveur dans vos tasses… et de vous donner le goût de venir visiter sa région!

Les femmes qui sculptaient le sol

Dans le Kamouraska, Andrée Deschênes et Anne Fortin jardinent sur leur lopin de terre à quelques kilomètres à l’est du village de Saint-André. C’est là qu’elles ont créé des serres, des vergers et des potagers, ce Jardin des Pèlerins où elles magnifient l’art de faire pousser des herbes et des légumes. Une passion qui les anime depuis 20 ans.



Nid familial

Pas toujours évident de se lancer dans la production agroalimentaire en entraînant toute une maisonnée dans une telle aventure. Bien des jeunes agriculteurs doivent jongler avec la vie de famille, un travail à temps plein qui leur permet de gagner leur vie ainsi que les travaux agricoles qui ne sont pas de tout repos. À la ferme Au froid de canard, Pierre-André et Sylvie ont bien l’intention d’y parvenir. Histoire de famille.

Dessine-moi un troupeau

Qui n’a pas rêvé, au hasard d’une balade à la campagne, de devenir fermier? Le romantisme des pâturages, la lumière sur les prairies et les chants des animaux ont inspiré bien des poètes qui ont entretenu une forme de rêve bucolique de la vie paysanne. Or, le rêve ne suffit pas pour mener à bien une telle entreprise même si la passion, elle, demeure essentielle. Bienvenue chez L’ami berger.

La douce ivresse des érables jalois

Dans un village bas-laurentien de moins de 500 âmes est produit l’un des alcools les plus étonnants de la province, à partir de la vinification de la sève d’érable. Gros plan sur l’acer.

Des spiritueux artisanaux ancrés dans leur terroir

Distiller des spiritueux au goût unique, c’est à la fois l’envie de départ et la recette du succès de la Distillerie du St. Laurent. Pionnière de la microdistillerie au Québec, elle se démarque dans un marché de plus en plus convoité par ses alcools originaux qui mettent en vedette le terroir local.

La résistance du Bas-du-Fleuve

Il est toujours triste de voir des immeubles patrimoniaux vides, abandonnés dans le silence de l’histoire. Mais comment leur redonner vie si personne ne souhaite s’en occuper? En faire des lieux culturels et communautaires est peut-être une piste. C’est celle qui sera explorée par Hugo Latulippe à Cacouna.

Du fleuve à la bouteille

À l’origine de cette distillerie, deux passionnés de spiritueux qui ont personnalisé leur gin en lui donnant un petit parfum iodé venu du fleuve. Un gin marin qui fleure bon le terroir d’ici, et qui voyage même à l’étranger.