Territoire

Un bel endroit, un paysage, une route magnifique, un coin secret

L’appel de la mer

325 bateaux, 9 semaines. Aux îles de la Madeleine, la pêche au homard est plus qu’un moyen de subsistance ou un sport : c’est un rituel. À bord du Mécatina IV, nous avons pris le large aux côtés du capitaine Maxime Poirier et de ses aides-pêcheurs pour vivre une expérience typique de pêche commerciale. Retour sur un avant-midi du mois de mai venteux et houleux.

Nibiischii : terre des eaux et terrain de rencontre

Au bord du lac Waconichi, la matinée se déroule lentement lorsque Mireille Gravel et Gerald Longchap arrivent à notre rencontre sur les quais. Les pêcheurs, levés à l’aube, sont depuis longtemps partis s’aventurer sur l’immense lac de 32 kilomètres de long ou explorer les autres plans d’eau prisés de la région, pour taquiner les espèces […]

La vraie nature, chic et rustique

Vous avez envie d’une balade en forêt ? Et pourquoi pas carrément un voyage qui vous offrirait un dépaysement égal à celui d’un périple dans un pays lointain ? Car dans le grandiose territoire de La Seigneurie du Triton, on se sent ailleurs et dépaysés. Pourtant, ce n’est pas si loin !

Passer par ici

Voici une autre bonne raison de prendre la route pour aller visiter l’étonnante région du Témiscamingue : le dernier né des parcs nationaux du Québec, qui attire déjà les visiteurs et pourrait bien servir de camp de base à ceux qui souhaitent découvrir les rangs et les villages de ce coin de pays qui demeure un secret bien gardé. Et on les comprend : on y trouve des trésors.

Gaspésie sous la pluie

Nous avons roulé longtemps et lentement aux alentours de Percé, le long de la Côte-de-Gaspé et en Haute-Gaspésie. La pluie fouettait le pare-brise. Ça ne nous a pas empêché de nous arrêter souvent pour capturer quelques instants. La Gaspésie est belle même sous la pluie.

Le jardinier de l’estuaire

Depuis plus de quarante ans, le biologiste Jean Bédard préside aux destinées de la société Duvetnor. Cet organisme sans but lucratif prend soin des îles de l’estuaire moyen du Saint-Laurent et favorise la pratique d’un tourisme responsable qui sensibilise les visiteurs à la grande valeur et à la fragilité des écosystèmes qu’elles abritent ainsi qu’à leur histoire.

Exploramer : Notre biodiversité au bout du quai

En Haute-Gaspésie, au bord du Saint-Laurent, le musée consacré aux écosystèmes marins, Exploramer, déborde d’activités pour les enfants comme pour les plus grands.

Hébergement aux cinq sens : Vivre au rythme de la nature

Comment travailler avec la nature pour ne faire qu’un avec elle ? À Piopolis, la sensibilisation au milieu naturel et l’écoresponsabilité sont les grandes idées derrière l’entreprise Hébergement aux Cinq Sens.

Une révolution végétale

Partons aux portes de la Gaspésie, à la rencontre d’une collection de vivaces unique dans un domaine à l’histoire riche et d’une tranquillité exceptionnelle. Bienvenue aux Jardins de Métis.

Pour l’amour de la rivière Bonaventure

Majestueuse et cristalline, la rivière Bonaventure prend sa source dans les monts Chic-Chocs, en Haute-Gaspésie, puis parcourt 127 kilomètres avant de se déverser dans la baie des Chaleurs, au cœur de la ville qui porte son nom. C’est là où, en 1989, Gilles Brideau a eu un coup de foudre pour elle et a fondé Cime Aventures, qui allait transformer le récréotourisme gaspésien.

Une île à nous

Le mystère de l’île d’Anticosti est grand. Eldorado des chasseurs, ce magnifique havre commence à peine à voir son tourisme se développer, même si les 90 kilomètres qui le séparent de Havre-Saint-Pierre en font une destination accessible. Les choses sont peut-être sur le point de changer pour la plus grande île du Québec, qui sera bientôt candidate au patrimoine mondial de l’UNESCO. Résumé d’une escapade initiatique.

Drôle d’animal

Au kilomètre 581 de la route de la Baie-James, à 25 milles de toute civilisation, un homme vit seul dans une bicoque depuis plus de 20 ans avec pour voisins les ours, les loups, les caribous et l’immensité sauvage d’un territoire que même des installations hydroélectriques majeures n’ont pas réussi à apprivoiser. Pourtant, Sylvain Paquin ne se considère pas en marge du monde, mais plutôt interconnecté avec lui. Plongeon dans l’univers d’un drôle d’animal tapi au fond des bois.