Mauricie

Des espaces pour partager la culture

La Coop Nitaskinan est une coopérative de solidarité autochtone réunissant des membres travailleurs et de soutien qualifiés, prêts à relever les défis qui s’offrent à eux tout en embrassant des valeurs qui leur sont chères. Rencontre avec Karine Awashish, cofondatrice et femme engagée, érudite et grande passionnée du partage d’idées. 

Le décorum aux oubliettes

La cloche sonne. Les poètes montent dans le ring le temps d’un corps à corps textuel. Ça saute de la troisième corde pour attaquer l’adversaire à grand coup de rhétorique. On fait la prise de l’ours aux conventions du genre sur trame sonore de death métal. Défaite de la poésie traditionnelle par KO technique. On est au gala de « luttérature » de l’Off-festival de poésie de Trois-Rivières, et il y a de quoi revirer l’Académie Goncourt ou sa petite cousine québécoise dans ses shorts

De la céréale à la pinte maltée

Si Alexandre Perreault est revenu s’installer en Mauricie, c’est parce que le jeune homme de 26 ans avait envie de renouer avec cette terre agricole qui fait travailler des membres de sa famille depuis quatre générations. Avec Maxime Carpentier, il a imaginé une microbrasserie où la fierté d’être maître de chacune des étapes de production germerait aussi rapidement que les graines de houblon.

Paysan au long cours

En s’éloignant de la route 138, sur le chemin de la Grande-Rivière Nord, on a un peu l’impression qu’on n’arrivera nulle part. On roule lentement, les courbes sont douces et on ne croise presque personne. C’est là, quelques mètres après avoir croisé le chemin qui mène vers Saint-Thomas-de-Caxton, qu’on trouve la Ferme Le Crépuscule où Jean-Pierre Clavet cultive sa passion pour l’agriculture biologique, contre vents et marées. 

Faire fleurir le papier comme la terre

Grandes sont les chances que vous ayez vu passer les dessins de la Trifluvienne Mathilde Cinq-Mars sans le savoir. Ses images poétiques et vaporeuses sont disséminées à travers le web et dans de nombreux magazines, dont Caribou, L’actualité et Planète F. Rencontre avec la prolifique illustratrice.

Entre poésie et insolite

Depuis 2001, la troupe de théâtre insolite et de marionnettes Les Sages fous marque l’imaginaire trifluvien. Son rayonnement ne se limite pas à Trois-Rivières : six mois par année, la troupe est en tournée à l’international. Entre les spectacles à grande portée et les représentations intimistes pour son public local, la troupe souhaite mettre en place une fabrique de théâtre insolite pour démocratiser son art.

Dans la maison aux briques rouges

Installée dans une belle maison patrimoniale, La Bezotte est un café, un resto et une salle de spectacles, mais avant tout un lieu de vie où peuvent se rencontrer les habitants du village autour de l’art et des produits locaux.

Savourer le moment présent

À l’intersection des rues des Forges et du Fleuve se trouve un café qui est aux antipodes d’un simple repaire pour les passionnés de bouffe végane et de café troisième vague. Le Café Frida permet d’échapper à notre train-train quotidien à notre rythme, le temps d’un repas et d’un café… ou deux. Ou trois. Entretien avec la propriétaire Gabrielle Cossette.

Fier à l’hure

Au Québec, c’est par la bande dessinée que nous avons fait la rencontre du sanglier. On le sait, les personnages créés par Goscinny et Uderzo, dans le village d’Astérix, nous faisaient saliver dans ces fameux banquets où on servait la viande qui faisait le bonheur de tous. Aujourd’hui, on le retrouve dans nos assiettes grâce à quelques producteurs. Parmi eux, Nicolas Gauthier, sans potion magique, fait figure de résistant qui souhaite défendre la culture de son village. Bienvenue au Rieur Sanglier!

125 pieds carrés et 23 chiens

Bien cachés le long de la route 352, entre Sainte-Thècle et Saint-Tite, 23 chiens Alaskan husky vivent entourés de l’amour inconditionnel de Maxime Leclerc et Anne-Marie Charest, un couple de mushers. Ils ont décidé il y a quelques années de quitter leur vie urbaine pour renouer avec la nature et prendre le temps… de prendre le temps.

À la mode de chez nous

Tout est parti d’un métier à tisser récupéré chez un voisin et d’une amitié vieille de plus de 20 ans. En 2005, Marie-Claude Trempe et Evelyne Gélinas lancent l’entreprise Rien ne se perd, tout se crée…, dont l’atelier est installé à Saint-Sévère. Depuis, elles mettent tout leur cœur à habiller les Québécoises.

Bonne à s’en confesser

La 155 qui longe le Saint-Maurice est une des plus belles routes du monde. Quiconque visitera ce coin de pays devra la parcourir lentement jusqu’à La Tuque, ville de naissance de Félix Leclerc. Un arrêt s’impose, car c’est là, sur la rue Saint-Zéphirin, qu’on peut désormais aller à la rencontre d’une pécheresse qui gagne à être connue.