Le bouquet de saveurs des Herbes Gourmandes

En partenariat avec

Aux Herbes Gourmandes, les mots d’ordre sont fraîcheur des produits, respect des plantes, ancrage régional et développement entrepreneurial.

Ajoutées à une salade ou à un repas, les fines herbes fraîches assurent une explosion de saveurs dans notre assiette. On en veut tout le temps, toute l’année ! L’entreprise lanaudoise Les Herbes Gourmandes répond à ce besoin en offrant, depuis quelques années déjà, une variété de fines herbes produites dans d’impressionnantes serres de Saint-Norbert.

On comprend bien pourquoi Charles Verdy a eu un coup de cœur pour cette entreprise de Lanaudière et en a fait l’acquisition en 2014 : les fines herbes font partie intégrante de la gastronomie québécoise. Formé en génie industriel, il souhaitait devenir entrepreneur et trouver une compagnie qui reflétait ses valeurs. Il est depuis sept ans à la tête des Herbes Gourmandes et ses produits font aujourd’hui belle figure dans les IGA du Québec.

Charles Verdy – source: Les Herbes Gourmandes

Les Herbes Gourmandes produisent 25 fines herbes conventionnelles, dont les très populaires basilic et coriandre. Le thym, le romarin, la ciboulette et l’estragon sont du lot des récoltes, qui comprennent également quatre variétés à consommer en salade (cresson, roquette, mesclun et kale) et une gamme biologique de neuf herbes (aneth, basilic, menthe et persil, entre autres), créée en 2018. Le coup de cœur du président ? La roquette, au goût relevé et piquant. Toutes les fines herbes cultivées dans les serres de Saint-Norbert sont offertes en pot, ce qui en augmente la fraîcheur tout comme le plaisir des consommateurs.

Croissance et développement régional

Les Herbes Gourmandes se sont développées graduellement dans les dernières années, grâce à la vision de l’entrepreneur. « À l’origine, il y avait une production de tomates roses et de fines herbes en pot. Quand j’ai acheté, on a pris la décision de se concentrer seulement sur les fines herbes. Par la suite, en 2017, on a construit des serres, ce qui nous a permis d’augmenter notre superficie de 248 %. Puis, en 2019, on a ajouté 26 % de superficie de croissance », explique-t-il.

La production était saisonnière en 2014 ; mais Charles Verdy s’est vite rendu compte d’une occasion à saisir : le marché recherchait des fines herbes fraîches à l’année. La production des Herbes Gourmandes a donc augmenté pour devenir annuelle. « On s’est adapté pour produire l’hiver et développer ce créneau avec nos partenaires », commente l’entrepreneur.

La production en serres permet de mieux contrôler l’environnement des plantes. « Le cycle est beaucoup plus court et tout est réinvesti localement, donc ça stimule l’économie et ça maximise la fraîcheur des plantes », dit celui qui a appris à cultiver en serre lors de formations et grâce à des transferts de connaissances.

Si la distribution des fines herbes de l’entreprise lanaudoise était d’abord régionale et incluait les marchés de Trois-Rivières, de Montréal et de la Rive-Sud montréalaise, le développement en région était encore en croissance dans les premières années d’existence. « On a toujours voulu garder la qualité et le service, donc on n’allait pas prendre des parts de marché au détriment de la confiance des clients qui travaillaient avec nous, dit Charles Verdy. On a travaillé fort pour augmenter la capacité de production et pouvoir desservir les clients fidèles en plus des nouveaux marchés qu’on voulait développer. »

Au printemps 2021, l’équipe des Herbes Gourmandes était composée de 45 employés, tous citoyens de Lanaudière. Charles Verdy n’était pas résident de la région avant de faire l’acquisition de l’entreprise ; mais il dit aujourd’hui que Saint-Norbert l’a choisi et qu’il en est très heureux. « Logistiquement, c’est avantageux, car c’est une ville qui n’est pas très loin de Montréal ni de Québec. Aussi, il y a un bon bassin de main-d’œuvre locale. Les gens sont très collaboratifs. Ils veulent aider à notre développement pour qu’on crée des emplois. »

En s’ancrant dans ce territoire, le président a constaté la grande entraide qui y régnait. « C’est une région qui est très nourricière. L’agriculture fait partie intégrante de la région de Lanaudière et ça amène les gens à travailler ensemble. »

Objectifs communs

Les produits des Herbes Gourmandes sont disponibles dans les IGA du Québec. Charles Verdy indique que le mariage s’est fait tout naturellement, puisque les deux entreprises avaient un but commun : offrir des fines herbes de qualité aux consommateurs. « IGA voulait développer la catégorie des fines herbes. De notre côté, on voulait innover en maintenant notre qualité de produits tout en développant l’offre partout en province. Ç’a fonctionné et depuis, on travaille avec IGA pour mettre en valeur nos fines herbes locales disponibles à l’année au Québec. »

La mission des Herbes Gourmandes est maintenant de devenir le chef de file des fines herbes au Québec. Charles Verdy a quelques souhaits pour son entreprise : des plantes saines pour qu’elles vivent longtemps chez les clients ; un environnement de travail agréable ; et continuer d’être soucieux de l’environnement.

Pour la suite des choses, l’entreprise lanaudoise poursuit sa lancée. Le président aimerait que Les Herbes Gourmandes continuent d’innover et de se démarquer, ce qui le mènera sans doute vers un projet d’agrandissement dans les prochaines années.

« C’est important de stimuler l’entrepreneuriat au Québec. Les PME génèrent beaucoup d’emplois et d’idées, parce qu’on cherche toujours à se développer et à se réinventer, explique-t-il. C’est ma première entreprise et je constate que l’expérience ne s’achète pas, ça s’acquiert. Je souhaite donc continuer de travailler pour Les Herbes Gourmandes, l’amener où je pense pouvoir l’amener dans le contexte d’autonomie alimentaire actuel. »

Partout au Québec, IGA est fière de mettre en valeur les produits locaux et le travail d’artisans d’ici. Nos marchands sont engagés dans leur communauté en mettent en vedette des produits de leur région, comme ceux proposés par Les herbes gourmandes.

Dans cet article

À lire aussi